france-palmier home page généralités botaniques sur les palmiers la culture des palmiers à l'extérieur en France les meilleurs palmiers pour l'intérieur les services france-palmier.com contactez nous pour toute information...

11 genres de Palmiers résistant au froid
Brahea
Butia
Chamaerops
Jubaea
Nannorrhops
Phoenix
Rhapidophyllum
Sabal
Trachycarpus
Trithrinax
Washingtonia

Les 24 espèces les plus résistantes au froid

Brahea armata
Brahea edulis
Butia capitata

Butia eriospatha
Butia yatay
Chamaerops humilis
Jubaea chilensis

Nannorrhops ritchieana

Phoenix canariensis
Phoenix dactylifera

Phoenix theophrastii

Rhapidophyllum hystrix
Sabal bermudana
Sabal palmetto
Sabal minor

Trachycarpus fortunei

Trachycarpus latisectus

Trachycarpus martianus
Trachycarpus nanus
Trachycarpus takil
Trachycarpus wagnerianus

Trithrinax campestris
Washingtonia filifera
Washingtonia robusta


Photos de Palmiers
PALMIERS RUSTIQUES - Très Bonne résistance au froid

Brahea
Chamaedorea
Chamaerops

Nannorrhops

Phoenix

Sabal

Butia

Jubaea
Livistona

Autres

Trachycarpus autres

Trachycarpus Fortunei

Trithrinax

Washingtonia


Photos de Palmiers | 2007
PALMIERS TROPICAUX

Palmiers Tropicaux (Thailand)

palmiers tropicaux


Collectors

Gravures botanique Peintures et dessins

gravures botaniques palmiers


Palmiers pour le bord de mer

Butia archeri
Butia capitata
Butia eriospatha

Butia yatay
Chamaerops humilis

Jubaea chilensis
Phoenix canariensis
Phoenix dactylifera
Phoenix sylvestris
Phoenix theophrastii
Sabal bermudana
Sabal etonia
Sabal mexicana
Sabal minor
Sabal palmetto
Washingtonia filifera
Washingtonia robusta


Palmiers pour le plein soleil

Acoelorraphe wrightii
Brahea armata
Brahea brandegeei
Brahea dulcis
Brahea edulis
Butia archeri
Butia capitata
Butia eriospatha
Butia yatay
Chamaerops humilis
Jubaea chilensis
Livistona decipiens
Nannorrhops ritchieana
Phoenix canariensis
Phoenix dactylifera
Phoenix reclinata
Phoenix sylvestris
Phoenix theophrastii
Sabal bermudana
Sabal etonia
Sabal mexicana
Sabal minor
Sabal palmetto
Serenoa repens
Trachycarpus nanus
Trithrinax brasiliensis
Trithrinax campestris
Washingtonia filifera
Washingtonia robusta

Phoenix dactylifera

Du grec dactylos, doigt, associé au mot latin fero, porter, en référence aux fruits, les dattes, qui ont une forme allongée.

Nom commun : Palmier-dattier

Le Phoenix dactylifera est avec le cocotier (Cocos nucifera) le palmier le plus connu, le plus important et le plus cultivé par l'homme. Lorsqu'on demande à un enfant de dessiner un palmier, il reproduit presque instinctivement un dattier.

Le Phoenix dactylifera a cela dit un grand avantage sur le cocotier : il résiste au froid. C'est même l'une des espèces les plus résistantes au froid et à la sècheresse de toute la famille des palmiers. A Bordeaux, un sujet âgé a résisté à des températures négatives soutenues avec une pointe à -12°C auxquelles des Phoenix canariensis ont succombé.

C'est un grand palmier, qui pousse vite si il est bien arrosé. Il est couramment cultivé sur la Côte d'Azur et on commence à le rencontrer dans les espaces verts et les jardins de la façade atlantique, où il se montre parfaitement rustique. Ne comptez pas sur la récolte de dattes sous nos climats, il faut en effet beaucoup de chaleur et d'ensoleillement pour la maturation des fruits.

Habitat : Son origine précise n'est pas connue. Probablement un ou plusieurs pays située sur la bande aride afro-asiatique qui s'étend de l'Afrique du Nord au Moyent-Orient. C'est le palmier si bien connu des oasis en plein désert. Le dattier est cultivé par l'homme depuis des millénaires. Les premiers écrits et dessins confirmant sa culture remontent à 6000 ans av.J.C.

Il existe de nombreuses variétés issues de cultivars, toutes intéressantes pour la forme ou le goût de leurs fruits.

Résistance au froid : -12°C

Utilité : Toutes les parties du Phoenix dactylifera sont utiles aux populations qui les cultivent. Les stipes servent dans la construction. Les feuilles séchées couvrent les maisons, on récolte même les feuilles jeunes consommés comme légume (chou palmiste). Les fruits, bien sûr, ont une importance vitale. On peut consommer les dattes fraîches, fermentées, en confiture et confiseries ou séchées. Les graines sont parfois torréfiées comme substitut du café ou servent de nourriture aux animaux.

Stipe : Le Phoenix dactylifera produit de nombreux rejets à la base d'un stipe principal de couleur marron-gris qui peut atteindre plus de 30 mètres de hauteur et 30cm de diamètre. Il est recouvert de sortes d'énormes écailles, en fait la base coupée des anciens pétioles, qui forment un motif typique du genre Phoenix.

Couronne : La couronne de Phoenix dactylifera est moins dense que celle du Phoenix canariensis. Elle se compose de 30 à 50 feuilles pennées, de plus de 4 mètres de longueur, avec des pinnules étroites, assez rigides, irrégulièrement disposées sur le rachis, de couleur bleutée. Le pétiole, de 50cm à plus d'un mètre de longueur, est couvert d'épines sur les cotés.

Floraison : Les Phoenix sont des palmiers dïoïques, il existe donc des plantes mâles et des plantes femelles. Les inflorescences émergent tous les ans entre les feuilles (interfoliaire). Elles sont courtes et ressemble à un balai chez les mâles, plus longues et lourdement chargées de fruits chez les femelles pollenisées. Les dattes mûres ont une couleur brune (orange vif avant maturité) et contiennent chacune une graine allongée, de 2 à 3 cm, parcourue d'un sillon longitudinal (typique du genre Phoenix).

Multiplication : On peut multiplier le Phoenix dactylifera à partir des rejets produits à la base du stipe. C'est un moyen sûr de conserver l'espèce. L'opération s 'avère assez facile à réaliser avec le bon outillage. Les graines fraîches germent rapidement, parfois quelques jours après le semis, le plus souvent 1 à 2 mois plus tard. Les jeunes plantes se développent assez lentement les trois premières années puis la croissance s'accélère grandement (comme pour la plupart des palmiers) compte tenu bien sûr de la taille finale de l'espèce.

 

 

 

Gravure extraite du Tome 1 de l'oeuvre de C.F.P. von Martius ( 1794- 1868), auteur en 1823 de Historia naturalis universalis palmarum, qui décrivait déjà 500 espèces. Merci au Jardin Botanique de la Ville de Bordeaux pour avoir su conserver un exemplaire en parfait état de ce joyau de l'histoire des palmiers.

Gravure extraite du Tome 1 de l'oeuvre de C.F.P. von Martius (1794- 1868), auteur en 1823 de Historia naturalis universalis palmarum, qui décrivait déjà 500 espèces

Le remarquable specimen adulte du Jardin Botanique de la ville de Bordeaux, France

Le remarquable specimen adulte du Jardin Botanique de la ville de Bordeaux, France

Habitat : Son origine précise n’est pas connue. Probablement un ou plusieurs pays située sur la bande aride afro-asiatique qui s’étend de l’Afrique du Nord au Moyent-Orient.

Jolie couronne de palmes à Brisbane, Australie

Jolie couronne de palmes à Brisbane, Australie

Dessin extrait de "Les Palmiers, Histoire iconographique", par Oswald de Kerchove, Paris, 1878

Dessin extrait de "Les Palmiers, Histoire iconographique", par Oswald de Kerchove, Paris, 1878

 

 


Accueil - Botanique - Palmiers d'extérieur - Palmiers d'intérieur - Services - Contact France-Palmier.com
© France-Palmier.com - 2001-2008 Jardin Japonais .org


 

Palmier Google+

Palmier